Sur Japonla mère patrie de marques telles que Sony y Nintendola dépendance à jeux vidéo est un problème social qui, comme ailleurs, a été exacerbé par la pandémie et que les autorités locales n’ont pas encore réussi à traiter.

Chaque mois, un groupe de parents se réunit à Tokyo pour partager leur histoire et dire comment ils font face à la toxicomanie de leurs enfants. jeux vidéosoit dans console de jeu, ordinateur, tablette ou téléphone mobile.

Vous pourriez être intéressé par : Punto Gamer : Assassin’s Creed : 15 ans d’histoire.

“Ma seule consolation est qu’il tient sa promesse de débrancher pour la nuit”, commente l’un d’entre eux, tandis qu’un autre raconte qu’il a dû emmener son fils dans un hôtel de luxe. désintoxication numérique.

Le site Enfants japonais commencent à utiliser les jeux vidéo de plus en plus tôt, et beaucoup d’entre eux passent beaucoup plus de temps à y jouer depuis la pandémie du Covid-19, qui a réduit la pratique des activités à l’étranger, souligne que Sakiko Kuroda, fondateur de ce groupe de parents de Tokyo.

Selon une étude du ministère japonais de l’éducation, publiée en avril 2022, 17 % des enfants japonais âgés de 6 à 12 ans jouent avec… jeux vidéo plus de quatre heures par jour, alors qu’en 2017, ils n’étaient que 9 %. Et un bond similaire a été observé chez les enfants âgés de 12 à 15 ans.

De nombreux parents ne savent pas comment gérer ce problème, auquel s’ajoute un “manque d’attention de la part du gouvernement et de l’industrie des jeux vidéo”, a déclaré M. Kuroda.

À partir de 2019, le Organisation mondiale de la santé (OMS) un “trouble de la consommation de substances” officiellement reconnu jeux vidéo” qui se caractérise par une ” détérioration du contrôle sur le jeu “, une ” augmentation de la priorité accordée au jeu au point de prendre le pas sur les autres intérêts et activités de la vie quotidienne ” et par la ” poursuite ou l’augmentation de la jeux d’argent malgré les conséquences négatives” pendant au moins un an.

Lire aussi:  C'est la nouvelle série Disney+ avec un plus gros budget que The Mandalorian.

Ce trouble est difficile à diagnostiquer et à quantifier, car la pratique du jeux vidéo se chevauchent souvent avec d’autres activités en ligne (telles que regarder des vidéos ou être dans le réseautage social).

Plus de problèmes

D’autres pays asiatiques ont pris des mesures – parfois radicales – pour lutter contre ce phénomène. Depuis plus d’un an, en Chine, les moins de 18 ans ne sont autorisés à jouer qu’à l’extérieur. jeux vidéo pour un maximum de trois heures par semaine. Et même la reconnaissance faciale ou d’autres techniques de contrôle d’identité sont utilisées pour faire respecter la règle.

La Corée du Sud, quant à elle, a éliminé en 2021 une règle qui interdisait aux enfants de moins de 16 ans de jouer. jeux vidéo en ligne, par ordinateurentre minuit et 6 heures du matin. Selon les médias locaux, cette mesure est toutefois restée sans effet.

Cependant, en Japon il n’y a pas de mesure restrictive au niveau national. En 2020, le département de Kagawa a adopté un règlement visant à interdire le… moins de 18 ans de jouer plus d’une heure par jour, mais ne disposait d’aucun moyen pour la faire respecter.

De nombreux parents et experts pensent que la dépendance à jeux vidéo cache en réalité un malaise plus profond qui, dans certains cas, peut même être positif pour l’enfant.

Une mère a confié à l’AFP que les jeux vidéo étaient devenus une “bouée de sauvetage” à laquelle sa fille s’accrochait pour faire face aux problèmes qu’elle rencontrait à l’école. Il y a trois ans, lorsqu’il a essayé de lui confisquer sa tablette, sa fille lui a dit : “Je préfère mourir que de me la faire confisquer.

Lire aussi:  Bêta ouverte de MultiVersus : date, heure et tous les détails de l'événement

Takahisa Masudaun travailleur social de 46 ans, est devenu dépendant de la jeux vidéo à l’adolescence, lorsqu’il était harcelé à l’école. Selon lui, son addiction l’a sauvé : “J’ai envisagé de me suicider, mais je voulais terminer Dragon Quest”, un célèbre jeu de rôle.

Ainsi, au lieu de préconiser des mesures d’abstinence drastiques, le Dr Susumu Higuchi, directeur d’un centre médical contre les addictions à Kurihama (sud-ouest de Tokyo), recommande un soutien psychologique aux enfants et des activités collectives comme le sport, l’art ou la cuisine.

➡️ Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les nouvelles les plus pertinentes dans votre boîte de réception.

Bien que, selon M. Higuchi, le gouvernement et l’industrie doivent être davantage impliqués. “Un équilibre est nécessaire lorsqu’on aborde la question des jeux vidéo et des appareils numériques”, a-t-il souligné.

“Actuellement, j’ai l’impression que les mesures visant à contrôler les effets négatifs sont minimisées par la promotion” des jeux vidéo, a-t-il déclaré.

Lire aussi d’autres contenus de Normal ⬇️

By Jean-Michel Schaeffer

Jean-Michel est un étudiant de 23 ans, passionné de journalisme. Il aime lire et écrire et prendre des photos. Il aime voyager et découvrir de nouveaux endroits. De plus, il adore la musique et aime jouer de la guitare et du piano. Il aime aussi se balader en vélo et pratiquer des sports d'eau comme le paddle et le kayak.