Cette semaine, le sujet de l’achat de Activision Blizzard par Microsoft, une question qui, un an plus tard, n’est toujours pas résolue, en raison des entraves des autorités de régulation du marché à l’égard de Microsoft, par crainte que d’enfreindre les lois antitrust ou peuvent nuire à la concurrence.

Cette semaine, deux documents de Sony et Microsoft ont été publiés en même temps, mercredi, avec leurs observations sur les conclusions préliminaires de la CMA, l’autorité britannique chargée de la concurrence et des marchés, qui ne fait pas confiance à Microsoft et formule de nombreuses exigences (y compris celle de séparer Call of Duty de l’accord).

Microsoft est est “fortement en désaccord” avec la conclusion provisoire de la CMA que la fusion entraînera une diminution substantielle de la concurrence, mais Sony est satisfait de l’évaluation de l’autorité britannique de régulation du marché.

En fait, ils pensent que l’offre de Microsoft de leur donner Call of Duty pendant 10 ans “causerait des dommages irréparables à la concurrence et à l’innovation dans le secteur.“.

Sony fait savoir qu’il ne signera pas la “trêve” de Microsoft sur Call of Duty

Cette déclaration a été envoyée aujourd’hui, vendredi, à des médias tels que GamesIndustry, reconnaissant la publication de documents distincts de Sony et de Microsoft cette semaine. Non seulement c’est, accusent Microsoft d’avoir demandé à restreindre certaines phrases dans les documents relatifs à son offre Call of Duty..

À la demande de Microsoft, les informations relatives aux conditions de l’offre faite par Microsoft de fournir les futurs jeux Call of Duty sur PlayStation n’ont pas été divulguées. Nous pensons que leur offre actuelle nuira irrémédiablement à la concurrence et à l’innovation dans le secteur.“.

Mais quelle était cette offre ? Microsoft a proposé à Sony de conserver les jeux Call of Duty sur les consoles PlayStation pendant 10 anssans exclusivité, avec une parité de contenu et de qualité, et même la possibilité de les ajouter à leur service PS Plus.

Lire aussi:  Saitama dévoile son attaque la plus puissante dans One Punch Man et c'est une attaque sauvage !

C’est le même accord qu’ils ont proposé à Valve (Steam) et Nintendo, qui ont apparemment signé sans trop de protestations (malgré quelques doutes sur le fait qu’un jeu aussi exigeant que Call of Duty puisse fonctionner sur Switch).

Mais Sony ne fait pas confiance. Dans le document publié mercredi, ils laissent entendre que Microsoft pourrait continuer à adopter des stratégies impossibles à contrôler pour nuire à Sony, allant même jusqu’à laisser entendre qu’ils pourraient rétrograder les versions PlayStation de Call of Duty pour inciter les gens à se tourner vers leur console Xbox.

Derrière les portes closes, Jim Ryan, PDG de Sony Interactive Entertainment, aurait déclaré (selon un cadre d’Activision) que “nous ne voulons pas d’un autre accord, nous voulons juste bloquer l’achat “.“Il semble donc que Sony n’entende pas bouger, et l’affaire devra être réglée. être réglée devant les tribunauxsi des organismes tels que la CMA ou la FTC aux États-Unis s’opposent finalement à l’opération (la Commission européenne s’est rangée de leur côté pour l’instant).